Comprendre

COMPRENDRE

ASTREES contribue à la réflexion et la production de connaissances au travers de projets d’étude, principalement à l’échelle européenne et en réseau, sur les défis adressés au dialogue social et ses acteurs.  ASTREES a récemment et largement investi la problématique de la transition numérique et les multiples défis qu’elle induit.

COMPRENDRE

ASTREES contribue à la réflexion et la production de connaissances au travers de projets d’étude, principalement à l’échelle européenne et en réseau, sur les défis adressés au dialogue social et ses acteurs.  ASTREES a récemment et largement investi la problématique de la transition numérique et les multiples défis qu’elle induit

••• Dialogue social et transitions tous azimuts

Digitalisation et restructurations : quel dialogue social ?

L’étude DIRESOC associe 7 pays de La France à la Bulgarie en passant par l’Allemagne et vise à éclairer comment les acteurs du dialogue social dans 4 secteurs se saisissent des impacts emploi /travail de la transformation numérique, à ouvrir davantage une boîte noire en quelque sorte !

Innovations digitales dans le secteur de la construction : quelle prise en compte par le dialogue social et ses acteurs ?

Si le secteur complexe de la construction (bâtiment, travaux publics, filière bois, etc.) a souvent été présenté comme un peu à la traîne de la transformation digitale, il n’en a pas moins entamé sa mue avec des mots-clés au centre de nombreux débats présents et à venir : BIM, bâtiments connectés, drones, IA… Quid dans 6 pays, de la Belgique à l’Italie en passant par l’Allemagne ? À vos truelles… découvrez Discus project.

Quelle négociation collective pour les travailleurs de la gig economy ?

C’est peu dire que le cadre juridique encadrant le travail via des plateformes d’intermédiation fait couler beaucoup d’encre et suscite maints débats, en France, en Europe et dans le Monde. Au-delà du statut d’emploi de ces travailleurs, quelle reconnaissance collective de ces communautés pourtant très fragmentées ? Quelle(s) régulations collectives possibles ? Le projet COGENS aborde ces questions devenues centrales au travers des productions et débats d’un réseau élargi de juristes universitaires et de grand talent !

À suivre...

ASTREES s’associe à de nouveaux projets dédiés au rôle du dialogue social et de ses acteurs sur des thématiques clés : #IA,  #Smart Working in Smart Cities, #Economie circulaire, #Décarbonisation dans le secteur de l’énergie… à suivre donc !

ASTREES , en cohérence avec ses activités d’étude, est également le correspondant pour la France, avec IR SHARE, de la Fondation Européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail (EUROFOUND) pour la période 2018-2021. Elle est ainsi amenée à fournir à la Fondation des informations et analyses sur la France sur une très grande variété de sujets : emploi, relations sociales, conditions de vie et de travail, politiques sociales.

Une contribution récente : Addressing household over-indebtedness

09. 2021

#Comprendre

Astrées, Chronos et l’ANACT accompagnent le Centre Hubertine Auclert pour mener cette étude.

La crise sanitaire et la pratique d’un télétravail exceptionnel ont impacté l’ensemble des salariés, mais force est de constater que cette situation a affecté plus durement les femmes. Les épisodes de confinements successifs ont en réalité mis en lumière des inégalités qui précédaient la crise, et ce à plusieurs niveaux : 

  • Des conditions de vie à domicile moins favorables : les femmes sont 1,3 fois moins nombreuses que les hommes à disposer d’un espace isolé propice au télétravail et elles ont 1,5 fois plus de risques d’être fréquemment interrompues lorsqu’elles télétravaillent. 
  • Un isolement et une pression plus importants : par rapport à leurs collègues masculins, les femmes sont 13% de moins à avoir entretenu leur réseau professionnel depuis le début de la crise, et 29% de moins à avoir pris la parole en réunion. Par ailleurs, elle se sentent davantage isolées de leurs collègues et sont plus exposées à la surcharge et la sur-connexion en encore à l’invisibilisation et au dénigrement des tâches. 

En conséquence, un impact plus fort sur les perspectives de carrière : après un an de crise et d’une pratique extensive du télétravail, seules 60% des femmes ont confiance en leur avenir professionnel, soit 15% de moins que les hommes (sources : groupe BCG). 

Cette crise et la réorganisation forcée du travail aura au moins permis de révéler certaines de ces inégalités, jusque-là invisibilisées, faute d’études statistiques ciblées. Ainsi le sujet de l’impact du télétravail sur l’égalité femmes-hommes se trouve-t-il désormais inscrit à l’agenda médiatique (comme en témoignent les nombreuses publications récentes sur le sujet) et politique. 

L’objet du rapport commandé par le centre Hubertine Auclert est de prendre appui sur cet intérêt médiatique et politique contextuel pour offrir une vision plus large du sujet. Il s’agira de prendre de la hauteur pour interroger les relations entre télétravail et égalité professionnelle dans une perspective de long terme : 

  • Quelle était la situation avant la crise, au-delà de l’apparente égalité ? 
  • Comment la crise est venue impacter positivement et/ou négativement la situation ?
  • Quelles sont les scénarios possibles pour l’avenir, quelles sont les marges de manœuvre ?